Il existe au moins neuf «Para Ball Sports » dont un seul dans la catégorie « hiver ». Tous ont en commun le fait d’être pratiqués avec une balle et par des handicapés. Parmi eux, le basket est celui ayant, dans le monde, le plus grand nombre de pratiquants licenciés et amateurs. Plusieurs de ces « Para Ball Sports » n’excluent pas les personnes valides.

B comme Basket, la star des handisports d’été

C’est le plus célèbre et le plus populaire des handisports. Dans le monde, plus de 95 000 athlètes « taquinent » la balle orange en se déplaçant sur fauteuil roulant. Ce sport a été créé un an après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, par des soldats américains mutilés qui voulaient continuer à jouer au basket, leur sport favori.

Le basket-ball pour handicapés se joue sur un terrain de la même taille que celui des valides. Les parties durent également quatre quarts-temps. L’une des particularités de ce sport est que le fauteuil roulant doit foncer, pivoter sur lui-même sans se renverser ni glisser. Plusieurs dispositifs sont installés sur ces sièges : des barres de protection devant et sur les côtés, des repose-pieds et des dispositifs anti-chutes. La taille et le format de tous ces accessoires sont définis dans le règlement, semblable à celui du basket pratiqué par les valides. Entre autres spécificités du règlement : les joueurs de handi-basket, doivent faire rebondir le ballon au maximum trois fois. Il est aussi permis de freiner la roue d’un fauteuil adverse s’il n’est pas en mouvement.

Dans ce sport, l’aspect collectif est très visible, car la formation d’une équipe qui comprend cinq joueurs (le même nombre que chez les valides) dépend de la somme des handicaps des joueurs qui la constituent. Exemple, la même équipe ne peut pas aligner uniquement des joueurs classés « 4,5», cet indice représentant le handicap le plus léger. Il faudra donc mélanger des joueurs pouvant utiliser leurs deux bras, avec d’autres pouvant utiliser un bras et leur torse. La présence d’athlètes n’ayant pas le contrôle de la partie basse de leur corps sera également requise pour « équilibrer » les handicaps et ne pas dépasser l’indice 14 pour les cinq athlètes sur le terrain. Lorsqu’il est pratiqué en dehors des grandes compétitions internationales, le règlement du handi-basket autorise la formation d’équipes ayant au moins une personne valide. Il est également possible de faire jouer des hommes et des femmes ensemble.

Boccia, football et goalball

La Boccia ressemble beaucoup à la pétanque. Mais elle est pratiquée sur des fauteuils roulants et avec des balles en cuir. Il y a quatre catégories allant de BC1 à BC4. Cette dernière rassemblant des athlètes pouvant lancer une boule et ayant des difficultés musculaires les empêchant d’utiliser intégralement leurs muscles. BC1 désigne le degré d’infirmité le plus lourd qui est souvent « motrice cérébrale ».

Oubliez le football à 11 ! Pour les handicapés, il se pratique à cinq ou à sept. Souvent, les équipes rassemblent des personnes souffrant de difficultés de vision ou d’infirmités motrices cérébrales. Pour garantir l’égalité entre les joueurs, tous ceux dits « de champ » ont les yeux bandés. Ainsi, seul le gardien de buts peut voir. C’est donc lui qui donne des directives aux autres se déplaçant sur le terrain. Les joueurs utilisent les sons pour percevoir le ballon sur le terrain long de 42 mètres ou de 70 mètres.