Le terme «Para sports» désigne la trentaine de disciplines sportives adaptées ou conçues pour être pratiquées par des personnes présentant un handicap. Il faut se souvenir que le mot handicap recouvre une réalité très variée. Il existe plus d’une centaine de catégories sportives permettant de classer les sportifs handicapés. Les premiers sports destinés exclusivement aux handicapés sont apparus vers 1955.

Sport d’été

Dans cette catégorie, il y a des sports célèbres et d’autres moins connus. Par exemple, tout le monde a déjà, au moins une fois, entendu parler de volley-ball, de voile, de triathlon, de tir au pistolet et à l’arc, de tennis de table, de natation, de basket-ball, d’aviron pour les personnes handicapées. En revanche, peu de gens savent qu’il existe des sports tels que la boccia, la force athlétique, le goalball, tous ces sports d’été pouvant être pratiqués de façon individuelle ou en équipe.

L’athlétisme et ses stars en prothèses

L’athlétisme seul contient plus de 168 épreuves sportives souvent sponsorisées par des partenaires commerciaux. Au moins six catégories sont réservées aux personnes handicapées, avec tout d’abord, les courses désignées par la lettre « T », les catégories réservées aux athlètes mal et non-voyants allant de T 11 à T 13 et la première valeur de cet intervalle désignant les athlètes complètement aveugles. Tout le monde les a déjà aperçus sur internet courir à côté d’un athlète portant l’inscription « guide » sur le maillot. Ces athlètes handicapés visuels peuvent disputer toutes les courses allant du 100 au 800 mètres.

Les infirmes moteurs disputent les courses réparties dans les catégories commençant à T31 et s’achevant à T38. Le handicap de ces compétiteurs peut toucher soit juste un membre, soit deux, soit un membre inférieur et un membre supérieur, soit les quatre membres.

Les catégories T40 à T46 sont celles dans lesquelles l’union « homme-prothèse » est la plus visible. En général, il s’agit de personnes amputées. Les systèmes d’appareillage les plus aboutis ont quasiment des performances proches de celles de jambes de chair et de sang. D’ailleurs, certains athlètes munis de leurs prothèses, par exemple le Sud-africain Oscar Pistorius, ont couru avec des personnes valides.

Les catégories T50 à T54 désignent les athlètes se déplaçant sur fauteuil roulant, souvent parce qu’ils ont d’autres difficultés motrices en dehors de celles affectant leurs membres locomoteurs.

Lever de poids et aviron

La force athlétique est l’haltérophilie réservée aux personnes handicapées. Ici, il n’existe aucune catégorie basée sur le handicap. Toutes les classifications répartissant les athlètes font référence à la masse corporelle du sportif. Les compétitions se font en position allongée, sur le dos.

L’aviron est un des sports pour handicapés dans lesquels il existe le moins de catégories : juste trois ! Dans ce trio, « LTA » désigne les athlètes pouvant utiliser leurs bras, leurs troncs et leurs jambes pour participer aux courses se déroulant sur l’eau. Quant à la catégorie «TA », elle désigne les athlètes qui ne peuvent utiliser que le haut de leur corps. La catégorie « AS » est l’inverse de la catégorie précédente.